Un tatouage maori

 

© André Rau/Survival

 

Le moko est le tatouage traditionnel des Maori. Il peut couvrir tout le corps et le visage. "Il est l'expression de là d'où je viens, un symbole de révolution et de résistance", dit Ati Teepa. C'est un signe de reconnaissance des droits des Maori dans leur pays, la Nouvelle Zélande. La piqûre de la peau à l'encre est aussi le signe du courage. Résister à la douleur, c'est surmonter une épreuve dont on sort grandi.

Les motifs sont soigneusement choisis. Sur le visage, ce peut être l'évocation des masques des ancêtres. Mais les influences se diversifient de plus en plus. C'est ainsi qu'un jeune choisira de se couvrir les pieds d'écailles de poisson d'inspiration japonaise, ou les bras de thèmes empruntés aux Indiens d'Amérique.

Les femmes se font aussi tatouer, mais seulement quelques parties du visage comme le veut la tradition. Par exemple, la bouche est soulignée d'un motif d'élégantes courbes symétriques qui s'enroulent jusqu'au menton.

A Wellington, aller au bureau en costume-cravate le visage entièrement tatoué ou au restaurant en robe et talons aiguille avec le menton couvert de motifs noirs est du plus grand chic.

"Nous mourrons avec la marque de nos ancêtres sur le visage", disent les Maori.

 

D'après Connaissance des arts de février 2005.