Se peindre le corps

 

Ces sceaux, ou timbres à peinture corporelle, sont utilisés par les Indiens panare du Venezuela. Ce sont des pièces de bois plates ou bombées, sculptées de motifs géométriques. On enduit les motifs de teinture et on les applique sur le corps pour le décorer de signes d'identité : son appartenance à une famille, à un village ou à une tribu. Ces peintures sont souvent des représentations d'animaux et de plantes stylisés.

On peut les lire comme des paroles que l'on prononcerait pour séduire, pour établir une alliance, pour marquer une amitié, pour susciter ou montrer du respect ou pour affirmer son pouvoir. Elles peuvent être la traduction de mots secrets imprononçables, ou d'états d'âme comme la joie, la tristesse ou l'optimisme.

De nos jours, de nombreux Indiens ont adopté les vêtements des Blancs et ne se peignent plus le visage et le corps que pour les fêtes.

Il ne faut pas confondre les peintures corporelles avec les tatouages. Tu peux voir comment les Maori se tatouent sur une autre page du musée vivant.

 

Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Binoche sarl.