Des poupées magiques

 

Les Indiens du sud-ouest des Etats-Unis, surtout les Hopi, fabriquent ces figurines de bois peint appelées kachinas. Elles sont habillées de couleurs vives, avec des coiffures très élégantes et portent souvent des attributs animaux : bec d'oiseau, museau de coyote, bois de cerf, cornes de bison.

 

Les couleurs sont associées aux points cardinaux : le nord est figuré par le jaune, l'ouest par le bleu-vert, le sud par le rouge, l'est par le blanc, le zénith par le noir.

 

Elles représentent chacune un esprit protecteur : esprit du feu, de la pluie, du serpent, ou encore esprit farceur, espiègle, bienfaisant ou malfaisant. Ces esprits ont apporté aux humains l’agriculture, les techniques de chasse, le tissage, la poterie, la vannerie, l’orfèvrerie, la danse, les chants, et même des qualités comme la générosité, le courage, la compassion ou la beauté. Ils partagent la vie des êtres humains, les protègent et les aident. Ils arrivent chez les hommes avec l'hiver et demeurent avec eux pour 6 mois. Les danseurs sont alors masqués et incarnent ces esprits. C'est à cette occasion que des poupées de bois peint représentant ces danseurs sont offertes aux enfants pour qu'ils se familiarisent avec le monde des esprits. Les 6 autres mois de l'année, les danseurs ne sont pas masqués.

 

Les belles kachinas anciennes, très recherchées, sont maintenant devenues des objets de musée. Mais les kachinas modernes proposées aux touristes sont fabriquées en série et sans aucun pouvoir spirituel.

 

Au début du XXe siècle, les écrivains et artistes surréalistes comme André Breton ont été les premiers à collectionner les poupées kachinas pour leur beauté et leur pouvoir magique.