La maison des esprits

 

En Thaïlande, pour protéger sa maison contre les mauvais esprits et y attirer les bons, on fabrique un modèle réduit en bois peint que l'on installe dans le jardin, en hauteur sur un mât, près de la porte principale, orienté au Nord ou faute de mieux au Sud. Il doit toujours être au soleil, car les mauvais esprits circulent à l'ombre. On peut aussi y placer des personnages et des animaux qui représentent la vie de la famille.

 

 

La maison des esprits, ou "maison du vent", abrite le chao thi, le génie protecteur, qui repoussera les mauvais esprits, les phi, et même les voleurs. Chaque matin, quelqu'un de la famille vient prier et déposer une offrande à la porte de la petite maison : fleurs, fruits, grains de riz et poudres colorées délicatement posés sur une grande feuille verte.

Les demeures du chao thi ne doivent pas être détruites. Quand on construit un nouveau bâtiment à la place d'un vieux, pour ne pas laisser le chao thi sans toit, on transporte sa petite maison dans un lieu isolé où elles sont toutes regroupées et abandonnées.

Cette très ancienne croyance animiste est restée bien vivante et se combine sans difficulté avec le bouddhisme que pratiquent la majorité des Thaïlandais.

Ces objets anciens sont de plus en plus recherchés par les collectionneurs et donc se font rares. Ils sont maintenant produits en série, fabriqués en ciment et prennent la forme d'une reproduction de temple. De plus, quand on habite en ville dans un immeuble, comment conserver cette tradition ?

 

D'après le site Wikipédia, avec l'aimable accord de la galerie S. L., 3 rue Visconti à Paris pour la reproduction de la photo.