Yanomami : l'esprit de la forêt

Mars 2005

 

Davi Kopenawa est né en 1956. Il est chamane et porte-parole des Indiens yanomami du Brésil. Il vit dans la maison-village yanomami de Watorikï, en pleine forêt amazonienne. Enfant, Davi a perdu la plupart des membres de sa famille. Il est venu vivre à Watorikï, a épousé la fille du chef de la communauté, un chamane réputé qui l'a initié.

L'invasion de leurs terres par les chercheurs d’or, à la fin des années 1980, a coûté la vie à plus d’un millier de Yanomami au Brésil. Bouleversé par cette tragédie, Davi s’est engagé dans une lutte inlassable contre la destruction de son peuple et il est rapidement devenu un homme respecté au Brésil et dans le monde. Il a visité plusieurs pays d'Europe et les Etats-Unis.

Dans le texte qui suit, il s’adresse à nous, les Blancs, qui sommes responsables selon lui de la dévastation de l’Amazonie, pour nous faire comprendre les liens étroits que son peuple entretient avec la nature.

 

Davi Kopenawa avec des enfants de WatorikïDavi Kopenawa avec des enfants de Watorikï

© JP Razon/Survival, 1998

 

« Pour nous, Yanomami, la forêt est très "importante", comme vous dites, parce que nous voulons continuer à y vivre. Cette forêt est belle et elle a le pouvoir de faire croître tout ce que nous mangeons. Vous, les Blancs, vous ne savez pas protéger la forêt. Vous ne savez que la maltraiter et la défricher.

Nous, les Yanomami, nous sommes avisés, et c’est pourquoi nous sommes amis avec la forêt. Dans ma langue, celle que parlent mes ancêtres depuis toujours, je dis qu’elle est belle, totihi, et que j’y suis attaché. Je veux la garder et je veux la défendre. Nous, Yanomami, nous voulons continuer à vivre sur notre terre.

C’est dans cette forêt que nous faisons nos rites funéraires reahu, nos chasses rituelles henimu, que nous pêchons, que nous ouvrons nos jardins, que nous partons en voyage pour rendre des visites d’un village à l’autre, que nous allons en expédition collecter des fruits sauvages. C’est dans cette forêt que le gibier que nous mangeons se reproduit et que les fruits poussent. C’est pour cela que nous gardons dans nos pensées que la forêt est importante. »