Ruée vers l'or en Guyane

Juin 2006

 

Pas de chance pour la Guyane : c'est un sanctuaire pour les amoureux de la nature... et un eldorado pour les chercheurs d'or. Difficile de concilier les deux ! Rappelle-toi aussi que la Guyane est un département français.

Cambior, une entreprise canadienne, veut commencer à exploiter en 2007 une nouvelle mine d'or au sud de Cayenne, sur la montagne de Kaw, en plein milieu d'un parc naturel, à proximité d'une réserve d'animaux et au cœur d'une forêt primaire. Certains en Guyane, qui refusent cette installation, ont fait signer une pétition demandant son interdiction.

On craint la déforestation, la disparition d'espèces animales, la pollution provoquée par le transport de produits toxiques comme le cyanure et le nitrate de plomb. Dans cette zone vivent 100 espèces de mammifères, 254 espèces d'oiseaux, des milliers d'insectes et les derniers spécimens de caïmans noirs de la région.

En cas d'accident d'un camion, les produits toxiques se déverseraient dans la terre qui regorge déjà de mercure. On a déjà fait des études sur les conséquences du mercure déversé dans les rivières de la région du haut-Maroni par les orpailleurs (chercheurs d'or) clandestins. De jeunes Wayana et Emerillon souffrent d'une mauvaise vue et de difficultés pour se déplacer. Ils ne pourront jamais suivre le parcours scolaire normal.

 

Enfants wayana de GuyaneEnfants wayana de Guyane

© Stéphanie Guyon/Survival

 

Ces populations consomment beaucoup de poissons carnivores, comme l'aïmara, le mitala et le piraï. Le mercure utilisé autrefois par les orpailleurs est resté fixé dans la terre, et de nos jours, l'orpaillage clandestin a tendance à reprendre. Les médecins conseillent donc aux Amérindiens de ne plus consommer ces poissons. mais est-il normal qu'on les oblige à abandonner leur alimentation traditionnelle alors que l'utilisation du mercure est interdite ? C'est comme si l'on supprimait le poulet-frites aux enfants en métropole ! "Priver les Wayana des aliments de leur enfance, cela revient à voler leur âme", nous dit Aïku Alemin

On craint aussi l'arrivée de mineurs clandestins venus du Brésil et le trafic illégal d'or, avec toute l'insécurité qui en découle. Les gendarmes eux-mêmes disent qu'il est impossible d'organiser l'orpaillage officiel et en même temps d'empêcher l'orpaillage clandestin. Les entreprises qui travaillent sur des sites autorisés font aussi fonctionner des installations interdites sur des sites cachés. Dans cette région, le contrôle est difficile à assurer car on ne circule qu'en pirogue ou en hélicoptère et dans l'épaisse forêt il est facile d'échapper à la surveillance. La Guyane est devenue le département français qui a la plus forte criminalité, avec plus d'un crime sur trois qui a un lien avec l'orpaillage.

On raconte que l'hélicoptère du Samu ne vient plus chercher les malades dans les zones d'orpaillage à cause des risques de braquage. Il paraît même qu'on a vu le Samu embarquer pour l'hôpital des malades avec des valises d'affaires "personnelles"... qui étaient récupérées par quelqu'un juste avant l'entrée du malade à l'hôpital !

 

D'après des reportages de Libération, Le Monde, RFI et RFO en 2005 et 2006.