Des pulls Benetton aux Mapuche

Avril 2010

 

Depuis quelques années, nous sommes habitués à acheter des vêtements bon marché. Mais il y a 20 ans, les pulls Benetton faisaient sensation, car ils étaient les premiers à être fabriqués et vendus en très grande quantité, en laine véritable, pas cher : quelle était la recette de la célèbre compagnie italienne Benetton ? 
Ce sont les immenses territoires de pâturages qu’elle a achetés en Patagonie d’Argentine, pour y élever des moutons sur ses propres terres et y produire de la laine en grande quantité et à faible coût.
 Tant mieux pour notre porte-monnaie, pourrions-nous penser, sauf que le peuple Mapuche vivant sur ces terres depuis longtemps avant la conquête coloniale de l’Amérique du sud en a été expulsé.

 

Les Mapuche vivent au Chili et en Argentine, de part et d’autre de la Cordillère des Andes, et représentent la première communauté autochtone d'Amérique du Sud. 
Ils sont 200 000 en Argentine, surtout en Patagonie, une région au sud du pays. Beaucoup d’entre eux sont méprisés, pauvres, regroupés autour des villes ou sur les terres les moins fertiles, qui ne leur appartiennent pas. Triste sort quand on pense que ni les Incas, ni les conquistadors espagnols n'avaient réussi à soumettre ce peuple puissant !

 

 

Au XIXe siècle, l’Argentine est devenue un pays indépendant de l’Espagne et il s'est lancé dans plusieurs guerres contre les Mapuche pour s’approprier leur territoire et le redistribuer aux immigrants européens qui arrivaient en masse dans le pays. Les Mapuche, cette fois-ci vaincus, ont été massacrés, pourchassés ; les survivants ont été regroupés dans des réserves ou mis au travail forcé. De vastes terres de Patagonie ont été vendues à quelques familles étrangères.

En 1990, Benetton a racheté des milliers d'hectares. La compagnie a commencé à clôturer les territoires acquis. Les frères Benetton sont aujourd'hui les plus grands propriétaires terriens et les plus grands éleveurs de moutons de l'Argentine. A côté de la famille Benetton, d'autres riches étrangers ont acheté des terres en Patagonie pour leur plaisir personnel comme le chanteur Florent Pagny. Dans tous les cas, ces nouveaux propriétaires, les Benetton en tête, ont régulièrement des conflits avec les Mapuche qui les accusent de s'être appropriés la terre de leur ancêtres.

 

En 1994, l’Argentine a enfin reconnu les droits des peuples indigènes. Les Mapuche se sont organisés en conseils indigènes pour défendre leur culture, leur identité ; ils réclament la restitution de leurs terres ancestrales et le droit d’y vivre. Depuis, la lutte est engagée entre les Mapuche et Benetton ainsi que d’autres grands propriétaires terriens. En 2006, Benetton avait proposé de donner quelques milliers d'hectares de terre aux Mapuche. Mais ils ont refusé, car ces terres ont été jugées comme très peu fertiles et peu intéressantes pour l’élevage. Ils ne vont pas cesser le combat contre des miettes de leurs terres, qui plus est improductives !

 

Retour de la fête en familleRetour de la fête en famille

© Ana Guevara

 

En 2007, une poignée d'irréductibles Mapuche est entrée sur le sentier de la guerre: 30 hommes, femmes et enfants ont occupé 500 hectares de terrain acquis par Benetton. Ils ont franchi la clôture de barbelés sans les sectionner pour ne pas être accusés de détérioration. Sous la pression de la compagnie, la justice leur a interdit de construire en dur et de faire du feu, espérant ainsi que la communauté se lasserait des conditions de vie difficiles et quitterait les terres occupées. Rosa Nahuelquir, membre de la communauté, a rétorqué: "S'ils croient qu'ils vont nous faire peur, ils se trompent". En 2008, Benetton a contesté auprès d'un tribunal cette réappropriation forcée, sous prétexte que les Mapuche ont dégradé les terres où ils se sont installés.

 

En 10 ans, des milliers d'hectares de terre auraient été récupérés grâce à des actions juridiques menées par les conseils mapuche. En retournant sur le territoire de leurs ancêtres, les Mapuche cherchent à faire revivre le culte qu'ils rendent à la terre-mère, la mapu. Quand ils dorment, la mapu leur parle en peuma (rêve) et guide leur combat...

 

Tu peux aussi lire dans la rubrique Les peuples indigènes notre reportage sur les Mapuche, et, dans la rubrique Dossiers et articles, le premier et le second volet de cette série sur l'impact de notre consommation : Du paquet de chips aux Penan et Du hambuger aux Indiens du Brésil.