Bushmen, Papous

Septembre 2005

 

Botswana

La situation des Bushmen du Kalahari s'est dégradée de jour en jour depuis les dernières Nouvelles.

20 Juin 2005 : Survival essaie de convaincre une 3e top model, Lily Cole, de renoncer à poser sur des publicités pour les diamants de la compagnie De Beers qui exploite les mines du Botswana. Les mannequins Iman et Erin O'Connor avaient déjà renoncé à travailler pour De Beers.

23 juin : 3 Bushmen qui chassaient sur la réserve sont violemment torturés par les gardes. La chasse est leur moyen traditionnel de se nourrir. Les priver de ce droit sur leur propre territoire est une violation des droits des peuples indigènes.

28 juin : le nombre de Bushmen torturés s'élève à 7.

6 juillet : manifestation au Muséum d'histoire naturelle de Londres contre l'exposition "Diamants" sponsorisée par De Beers.

24 août : le gouvernement du Botswana place des gardes tout autour de la réserve pour empêcher les Bushmen qui avaient été expulsés de retourner chez eux.

6 septembre : des gardes armés pénètrent dans la réserve pour forcer les Bushmen à quitter leurs habitations. Les journalistes n'ont pas le droit d'y aller et les communications avec l'extérieur sont coupées. Pendant ce temps, des centaines de Bushmen, expulsés depuis 2002 vers des camps où ils sont parqués, attendent de pouvoir rentrer chez eux.

16 septembre : le procès est momentanément arrêté, en attendant que les Bushmen aient récolté l'argent nécessaire pour continuer à se défendre au tribunal.

Début octobre : un groupe de Bushmen comprenant des enfants a été la cible de policiers et de soldats qui les ont expulsés de leurs maisons avant d'y mettre le feu.

 

Papouasie

Deux Papous qui avaient brandi le drapeau de leur peuple le jour de l'Indépendance papoue, le 1er décembre 2004, ont été condamnés chacun à 15 et 10 ans de prison.
6 500 Papous ont dû fuir leurs villages pour échapper aux attaques de l'armée indonésienne. Des gens ont été massacrés, des villages incendiés et des récoltes détruites. Les familles se cachent en forêt où elles manquent de tout. Elles n'osent pas revenir chez elles de peur de nouvelles attaques.