Quentin Blake, Makuxi, Indiens isolés

Avril 2009

 

Quentin Blake nommé ambassadeur de Survival

Le célèbre illustrateur de livres pour la jeunesse soutient activement notre organisation.

“Membre de Survival depuis longtemps, j'ai toujours été impressionné par son action en faveur des peuples indigènes menacés du monde entier. C’est un grand honneur pour moi d’être nommé ambassadeur”, a-t-il déclaré.

Parmi les livres qu'il a illustrés, souvent avec humour, tu reconnaitras certainement des titres que tu as lus : La danse de grand-père, La tête ailleurs, Clown, Vive nos vieux jours, James et la grosse pêche, Les deux gredins, La potion magique de Georges Bouillon, Le bon gros géant, Nous les oiseaux...

Son compère écrivain est Roald Dahl, et leurs titres sont en général édités chez Gallimard Jeunesse.

Quentin Blake a aussi dessiné des cartes de vœux pour Survival.

 

Brésil : une réserve indienne sauvée

Les Indiens de Raposa-Serra do Sol ("Terre du renard et de la montagne du soleil") dans l'Etat amazonien du Roraima au Brésil ont subi une suite de violents assauts de la part des riches fermiers qui refusaient de quitter la réserve indienne. Les fermiers installés à l'intérieur de cette réserve voulaient en faire changer les frontières pour pouvoir continuer à y cultiver du riz.

 

Enfants makuxi de Raposa-Serra do SolEnfants makuxi de Raposa-Serra do Sol

 

L'armée brésilienne souhaitait également le découpage de la réserve en plusieurs parties, affirmant que les réserves le long des frontières du pays constituent une menace pour la sécurité nationale. Les juges brésiliens ont rejeté cet argument et ne se sont pas non plus laissé influencer par les fermiers. Ils viennent de décréter que la réserve resterait intacte.

Le Conseil indigène du Roraima (CIR), qui représente la majorité des Indiens de Raposa-Serra do Sol, s'est réjoui de cette décision et a déclaré espérer que désormais "les communautés indiennes pourront vivre en paix". 

Tu peux lire les Nouvelles de décembre 2008 à propos de cette question.

 

Pérou : la ruée vers le pétrole s'accélère

Le président de la compagnie pétrolière nationale péruvienne a annoncé une vente aux enchères de douze nouvelles parcelles pour y explorer le pétrole et le gaz. Il avait déjà déclaré que les compagnies pouvaient même prospecter dans les réserves habitées par des Indiens isolés, prétendant que leur existence est une idée "absurde". Il avait ajouté que, dans le cas où ils existeraient, il essaierait d'entrer en contact avec eux pour les "consulter", comme si ces petits groupes, coupés du reste du monde, pouvaient mesurer l'ampleur des dégâts et les dangers de cette exploitation pour leur survie.

Près des trois quarts de l'Amazonie péruvienne ont déjà été ouverts à la prospection pétrolière, plus que dans n'importe quel autre pays amazonien. Cela a été fermement condamné par l'organisation indigène péruvienne, AIDESEP.

Inclure les territoires d'Indiens isolés dans de nouvelles concessions pétrolières est contraire au droit international et viole la Déclaration des droits des peuples autochtones des Nations-Unies.

Tu peux lire notre dossier sur la ruée vers l'or noir et l'or vert en Amazonie et l'article d'octobre 2007 sur la Déclaration des droits des peuples autochtones des Nations-Unies.