Iban, Papous

Juillet 2007

 

Malaisie : Victoire des Iban sur l'île de Bornéo

42 Iban, qui avaient été arrêtés en 1997 pour s’être opposés à la destruction de leur forêt pour faire place aux plantations de palmier à huile, viennent de gagner leur procès.

Ils avaient été arrêtés pour avoir empêché des géomètres d’effectuer des mesures sur le terrain. Ils avaient été brutalisés par les policiers. Durant la première nuit de leur détention, on ne leur donna ni à boire ni à manger. Parmi eux se trouvaient neuf femmes, dont certaines avaient été obligées d’abandonner leurs bébés dans leur maison. Une femme avait alors déclaré : "Nous savons que nos enfants ont besoin de notre lait maternel, qu’ils nous réclament chaque jour et chaque nuit, ne sachant pas où sont leurs parents et ce qui leur arrive."

Au moment des arrestations, Survival avait protesté auprès des autorités malaisiennes, les priant de relâcher les Iban et de garantir la reconnaissance de leurs droits. Lorsqu’ils furent relâchés, les Iban portèrent plainte contre la police et le gouvernement malaisien pour "arrestation arbitraire". Après avoir eu connaissance du verdict, leur avocat déclara : "Cette victoire nous renforce dans notre lutte pour la reconnaissance des droits territoriaux indigènes."

 

Violation des droits de l’homme en Papouasie 

Hina Jilani, représentante de l'ONU, vient d’achever sa visite en Indonésie.

Elle a déclaré le 12 juin dernier être "profondément préoccupée" par les témoignages sur la torture et les harcèlements envers les militants du mouvement indigène papou qui dénoncent les violations des droits humains à l’encontre de leur peuple.

Mme Jilani a rapporté que la police et l'armée avaient menacé de poursuivre en justice les militants qui enquêtent sur les violations des droits des Papou. Elle a également déclaré qu’il était inquiétant de constater que les personnes qui s'occupaient de faire protéger les droits territoriaux papou soient fréquemment menacées.

 

Guerriers Asmat en PapouasieGuerriers Asmat en Papouasie

 

Depuis 25 ans, Survival dénonce la brutalité de la police et de l'armée envers les Papous dont un grand nombre ont été assassinés, arrêtés et torturés pour avoir milité. Survival a toujours fait pression sur le gouvernement indonésien pour qu’il reconnaisse le droit des peuples de Papouasie occidentale à posséder leurs propres terres et qu’il mette fin aux violations des droits de l'homme en Papouasie.