Leurs droits enfin reconnus

Octobre 2007

 

Après plus de 20 ans de discussions, l'Assemblée générale de l'ONU a adopté, jeudi 13 septembre 2007, une déclaration reconnaissant des droits particuliers aux peuples autochtones.

 

Le texte proclame "le droit à l'autodétermination", c'est à dire le droit de choisir eux-mêmes comment être gouvernés, le "droit d'être autonomes" et "le droit de ne pas subir de destruction de leur culture". Ils doivent aussi pouvoir "contrôler leurs propres établissements scolaires", avoir "leurs propres médias dans leur propre langue" ou encore ont "droit à leur pharmacopée traditionnelle". Ce texte protège leurs cultures, leurs terres, et eux-mêmes contre toute discrimination.

Selon le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, l'adoption de la Déclaration est un "triomphe pour les peuples indigènes du monde entier".

Seuls les Etats-Unis, l'Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande ont voté contre la Déclaration. Ces 4 pays abritent de grandes populations indigènes et craignent que le texte n'entraine de nouvelles revendications de ces minorités. 143 pays ont voté pour.

"Les peuples autochtones qui ont été privés de leurs moyens de subsistance et de développement ont droit à une indemnité juste et équitable", affirme par ailleurs la Déclaration. Des moyens de réparation sont demandés pour ceux dont les terres, les ressources, les biens religieux ou culturels ont été spoliés.

Jumanda Gakelebone, représentant bushman, a déclaré : « Nous souhaitons exprimer notre immense joie devant cette heureuse nouvelle. Les gouvernements ne pourront plus nous traiter comme des citoyens de seconde zone, ils ne pourront plus expulser les peuples indigènes comme nous l’avons été. »

 

Musicien ogiek, forêt de Mau, KenyaMusicien ogiek, forêt de Mau, Kenya

© Virginia Lulling/Survival

 

Kiplangat Cheruiyot, représentant ogiek du Kenya, a déclaré : « Avec l'adoption de la Déclaration, la vie des peuples indigènes a désormais autant de valeur que celle des autres citoyens du monde ».

La Déclaration reconnaît aux peuples indigènes le droit de posséder leurs terres et de vivre comme ils le souhaitent. Elle précise aussi qu'ils ne peuvent pas être expulsés de leur territoire sans leur consentement.

Nous avons bon espoir que ce vote inaugure une nouvelle ère où la violation des droits des peuples indigènes ne sera plus tolérée.

 

(Extraits du texte publié par Survival le 14 septembre 2007.)