Des cousins venus de la forêt

Juillet 2007

 

En Amazonie brésilienne, des Indiens qui n'avaient plus eu de contact depuis 50 ans avec la civilisation occidentale viennent de sortir de la forêt à proximité d'un village kayapo.

 

En juin 2007, un groupe de 89 Indiens isolés a soudainement fait irruption dans une communauté indienne de l'Etat du Pará au Brésil. Ils avaient marché durant cinq jours dans la forêt, fuyant vraisemblablement les attaques de bûcherons ou de mineurs.

 

Indien kayapoIndien kayapo

© Tarcisio Feitosa/Survival

 

Ces Indiens, les Metyktire, sont un sous-groupe des Indiens kayapo qui vivent sur les 4,1 millions d'hectares que couvre la réserve indienne de Menkregnoti. Les Kayapo eux-mêmes n'avaient pas eu de nouvelles de leurs cousins metyktire jusqu'à cette apparition inattendue dans leur village de Kapot qui compte près de 500 habitants. Le premier contact aurait été établi par deux hommes qui venaient demander de l’aide devant une maison et qui furent repérés par deux jeunes Kayapo. Le reste du groupe est sorti de la forêt peu après et a installé son campement près du village où l’une des femmes a accouché.

Après le choc de de ces extraordinaires retrouvailles avec des parents qu'ils n'avaient pas vu depuis 50 ans, le groupe a entamé avec émotion des chants et des danses. Ces chants ont été enregistrés et diffusés par radio à d'autres communautés kayapo. "Leur langue est bien plus authentique que la nôtre. Quand je les ai entendus à la radio, je n'ai pas compris grand-chose, mais mon oncle les a bien mieux compris", nous dit un Kayapo. Les Metyktire vivent nus, les hommes portent un étui pénien et certains ont des plateaux dans la lèvre inférieure, et les femmes se rasent le haut de la tête.

La zone a été bouclée afin de protéger le groupe de maladies du contact qui pourraient lui être fatales.

"Nous ignorons la raison pour laquelle ils ont décidé de rentrer en contact maintenant... seul le temps le dira", a dit un habitant de Kapot. Les Indiens isolés sont généralement découverts quand des bûcherons ou des gardiens de bétail empiètent sur leurs territoires, les obligeant à fuir.

 

(D'après les informations de Survival International.)