Le chamane : sorcier ou médecin ?

Novembre 2009

 

Le chamanisme dans l'Histoire et le monde d'aujourd'hui

Pendant la colonisation, on accusait les chamanes de sorcellerie et l'on considérait leurs danses comme une preuve de folie. Les missionnaires, qui voulaient imposer le christianisme dans les régions conquises, ont tout fait pour détruire leurs croyances et les ont chassés ou tués. Aujourd’hui, les jeunes réapprennent les rituels chamaniques de leurs ancêtres. Depuis les années 1960, on a commencé à considérer les chamanes plutôt comme des médecins du corps et de l’esprit, même des savants.

 

Chamane yanomami du BrésilChamane yanomami du Brésil

© Claudia Andujar/Survival

 

Ces dernières années, on parle de néochamanisme, c’est-à-dire de nouveau chamanisme, pour tous ceux qui, à la recherche de leur bien-être personnel, s'intéressent aux rituels inspirés du chamanisme. Les peuples indigènes dénoncent ce nouveau business.

Mais le chamanisme est aussi reconnu pour son aspect écologique, car il défend l'harmonie avec la nature et beaucoup y cherchent des solutions pour sauver la planète. La médecine moderne utilise de plus en plus l’extraordinaire savoir des chamanes pour mettre au point des médicaments à base de plantes. Leur savoir est ainsi menacé de pillage par les industries de la pharmacie qui sont prêtes à tout pour s’approprier les plantes médicinales. Le hodia, un cactus bien connu des Bushmen de Namibie, a été "volé" par un groupe pharmaceutique qui voulait l’utiliser pour fabriquer des remèdes amaigrissants. Or, cela fait des siècles que les Bushmen se transmettent le secret de ce cactus. Ils ont coutume d’en manger avant de partir pour leurs longues chasses dans le désert. Ils sont désormais défendus par des avocats qui les aident à reprendre le contrôle de leurs ressources.

 

Tu veux communiquer avec les esprits ?

Le chamane croit que les malheurs, comme la sècheresse ou la famine, trouvent leur explication dans un monde invisible peuplé d’esprits et d’ancêtres. Même les maladies sont la conséquence de la désobéissance des hommes, comme le non-respect des rites de chasse. Le chamane négocie les "contrats" avec la nature pour prélever bois, plantes, gibier… Il veille à faire respecter ce pacte par les siens pour que l'ordre soit maintenu. C'est un gardien et c’est à lui que revient le rôle de calmer la colère des esprits quand l'ordre est détruit.

Chez les Inuit, le chamane impose ainsi certains devoirs envers les animaux que les hommes de la communauté chassent. Par exemple, il ne faut pas prendre plus d’un renard par jour et chaque chasse doit se terminer par une offrande. Lorsqu’un Inuit tue un animal, les chasseurs pratiquent un rituel : ils décapitent la bête pour libérer son esprit et ils rejettent à la mer un petit morceau du mammifère marin ou ses os. L’animal est ainsi encouragé à renaître et il pourra accepter d’être chassé à nouveau.

Si le peuple ne respecte pas un interdit, des poils de caribou s’accumulent dans les oreilles de Sedna, l’esprit de la mer. Les oreilles pleines de poils, il n’entend plus les demandes de gibier des hommes et garde alors le gibier prisonnier dans sa chevelure. Le chamane est le seul qui accède au monde invisible de Sedna et lui retire les poils des oreilles pour assurer à la communauté le succès des prochaines chasses.

 

Tu veux augmenter tes pouvoirs ?

Le terme chamane viendrait de la langue des Evenk de Sibérie, en Russie, et voudrait dire : celui qui voit, qui sait, qui peut, qui est tout à la fois devin, médecin et protecteur. C’est en communiquant avec les esprits qu’il peut agir sur le monde des vivants. Il doit momentanément avoir des visions, être capable d’entendre et de comprendre leur langage. Puis il reviendra à l’état conscient comme on se réveille, pour s’adresser aux hommes qui attendent de lui protection, guérison ou prévisions sur l’avenir.

 

Rituel chamanique innu (Canada)Rituel chamanique innu (Canada)

© Adam Hinton/Survival

 

Le rôle principal du chamane est d’être guérisseur. Pour lui, soigner, c'est avant tout faire revenir une âme perdue. Il pratique d’abord une cérémonie au cours de laquelle il cherche l'âme égarée du malade, la capture et lui fait réintégrer le corps du malade. Ensuite, par les plantes, il répare les dégâts physiques.

Le chamane doit aussi prévoir. Pour cela, il a la capacité de lire des signes dans les entrailles d’un poulet, les traces d’un renard sur le sable, le vol des oiseaux, et même les craquelures d’une omoplate passée au feu. Pour connaître l’avenir, le chamane des Baoulé de Côte d’Ivoire utilise une boîte de divination avec des souris. C’est un pot de terre divisé en deux compartiments : dans celui du bas vit une petite souris. Lors d’une consultation, le chamane pose sur la plate-forme supérieure des pendentifs et un morceau de fruit ou d’igname. Une fois la boîte refermée, le devin se met à prier tandis que la souris remonte pour déjeuner, bouleversant les pendentifs : c’est à partir de ce désordre que le devin lira l’avenir.

Le chamane a aussi le pouvoir de combattre les ennemis en leur jetant des sorts. Il leur envoie des maladies en leur décochant des flèches magiques. Chez les peuples du Groenland, le chamane utilise des sculptures de bois en forme de quadrupèdes à la gueule béante, les Tupilak : ce sont des êtres maléfiques destinés à anéantir l’ennemi. Il leur donne vie, puis les met à l'eau chargés d’un message de mort.

Mais c’est au chamane de s’imposer des limites, comme par exemple ne pas agresser des membres de sa communauté. Sinon, il perd sa réputation et peut même être tué.

 

Tu veux devenir chamane ?

On peut hériter de la fonction : le vieux chamane transmet ses objets et ses secrets à celui ou celle qu’il a choisi pour lui succéder. Le chamane peut être choisi, sans l'avoir souhaité, par les esprits qui lui apparaissent en rêve : il est donc élu par eux et doit l'accepter. On peut aussi se présenter comme candidat : il faut alors faire preuve de courage, de patience et de résistance à la souffrance car les esprits vont faire passer toutes sortes d’épreuves au futur chamane.

Dans tous les cas, ce n’est pas une mince affaire car il faut apprendre et gagner en expérience auprès d’un chamane confirmé. Par exemple, chez les Indiens kallawaya de Bolivie, les chamanes se transmettent de génération en génération depuis des milliers d’année le secret des plantes : celles qui tuent, celles qui nourrissent, celles qui guérissent. L’apprentissage de ce savoir est long, comme pour le médecin occidental qui fait 8 années d’études avant d’exercer. Il faut de plus mémoriser les prières secrètes que le maître enseigne, comme des leçons à l’école.

Tu es une fille ? Tu peux tout à fait devenir chamane ! Cependant, tu seras moins puissante qu’un homme. Chez les Inuit, les femmes devinent si la chasse va être bonne ou mauvaise, mais seuls les hommes peuvent localiser et commander au gibier.

 

Tu veux te costumer en chamane ?

Le costume est très important pour entrer en contact avec le monde invisible : coiffe à plumes, à corne, collier de dents et d’os… Il peut donner au chamane la forme d’un oiseau, les manches rappelant des ailes, et le bas, une queue à plumes. Ces parures l'aident à entreprendre son vol magique.

En Sibérie, il se couvre d'un long manteau de peau à franges cousu de perles, de rubans, de broderies aux motifs géométriques et surtout d'accessoires métalliques et de sonnailles, comme autant d’instruments pour capter l’attention des esprits. Il complète sa panoplie d'un bonnet à grelots. Ces manteaux, à la fois costume et instrument de musique, peuvent peser plus d’une dizaine de kilos !

Le chamane utilise aussi des objets sacrés pendant les rituels. Chez les Inuit, il n’est rien sans son tambour : le qilautit est un instrument à percussion avec une membrane en peau animale décorée de motifs représentant des caribous ou des phoques. Pour en jouer, on le frappe avec le kututarq, une mailloche en bois. Les sons et le rythme accéléré appellent les esprits. Sur la banquise, au rythme du qilautit, il chamane danse : il quitte momentanément son corps et séjourne dans le monde des esprits pour assurer une bonne chasse et un temps favorable.

 

Masque kodiag, côte ouest de l'AlaskaMasque kodiag, côte ouest de l'Alaska

© Georges Poncet

 

Le chamane est aussi peintre et sculpteur. Les œuvres d’art créées doivent séduire les mauvais esprits pour qu’ils cessent de tourmenter les âmes. Les peintures de sable des chamanes Indiens navajo d'Amérique du Nord permettent, si elles sont assez belles, d’attirer les êtres sacrés. Ils entrent alors dans la peinture et aident à la guérison du patient assis au centre de l’œuvre.

En Afrique, les Baoulé de Côte d’Ivoire réalisent des statues en bois, les Asyé usu, représentant les mauvais génies de la brousse qui agressent les âmes fragiles. Le guérisseur sculpte le mauvais génie sous sa forme la plus flatteuse possible, par exemple celle d’un bel homme barbu assis sur un trône. Captivé par cette représentation de lui, le génie choisit d’élire domicile dans la statue. Ainsi apaisé, il arrête de faire souffrir le patient.

 

Pour compléter ce dossier, tu peux consulter :