Les Inuit

© Catherine Reisser, Laurence Quentin (in Les terres de glace, coll. Baluchon, ed. Nathan 2005)

 

"La tradition du partage, voilà ce qu'il reste de la vie cérémonielle ici. Quand on prend une baleine, tous ceux qui ont participé à la chasse partagent la viande. On donne de la viande aux veuves, et même aux mauvais chasseurs. On échange les chiens et les équipements, tout le monde utilise les maisons. Ici, la terre n'appartient à personne." Ainsi parle Torben dans le livre Ce paradis de glace, de G. Ehrlich (éd. Albin Michel).

 

 

Quel est leur vrai nom ?

Pendant longtemps on les a appelés Eskimo, terme péjoratif qui signifie "mangeur de viande crue" en Inuktitut. Ils ne veulent plus de ce mot pour les désigner et préfèrent être appelés Inuit, c'est à dire "humains" (Inuk au singulier).

 

Dans quels pays et dans quel milieu naturel vivent-ils ?

Les Inuit vivent dans le nord du Canada et de l'Alaska (Etats-Unis), ainsi qu'au Groenland et à la pointe orientale de la Sibérie, donc de la Russie. On pense que c'est de là qu'ils sont venus, en traversant à pied le détroit de Béring vers le continent américain (voir dans le journal l'article de septembre 2005 : A pieds de l'Asie à l'Amérique). Contrairement à ce que l'on dit parfois, ils ne vivent pas au Pôle Nord, puisque là il n'y a que de la banquise, donc pas de terre.

 

 

Ces immenses territoires couvrent 12 millions de km2. Il y fait un climat
extrêmement froid, avec des hivers où règne la nuit polaire. La mer gèle en surface pour former la banquise, des vents violents appelés blizzards déplacent et sculptent la neige.

L'été, au contraire, c'est le jour continu. La température remonte assez pour que la banquise fonde et que la terre dégèle en surface. La végétation n'a que quelques mois pour sortir de terre et donner des fleurs et des fruits. Il n'y a donc pas d'arbres.

 

Combien sont-ils ?

Aujourd'hui, ils sont environ 150 000, dont la grande majorité sur la rive Est du Détroit de Béring.

 

Quelles langues parlent-ils ?

Si l'on apprend l'anglais, le danois, le français ou le russe à l'école, à la maison on parle inuktitut. L'alphabet inuit a été adapté pour être utilisé en informatique et les cours de construction de kayak ou de traineau en inuktitut sont de plus en plus réclamés par les parents d'élèves. Ce sont souvent les vieux qui viennent dans la classe pour enseigner les traditions aux enfants.

 

Comment s'habillent-ils ?

Leurs vêtements doivent avant tout être chauds et imperméables, et la peau des bêtes chassées répond bien à cette exigence. Parkas en fourrure, avec leurs larges capuches où les femmes installaient les bébés, kaniks ou bottes à semelle de phoque, anoraks en membrane d'estomac de phoque : autrefois les vêtements étaient cousus avec des aiguilles en os et du fil en tendon de baleine. (Tu peux voir un de ces anoraks à la page musée vivant.)

Pour les fêtes, les femmes se couvrent le buste de larges cols à motifs complexes faits de minuscules perles multicolores, les tiges des hautes bottes et les ceintures sont brodées et l'on se pare de bijoux en ivoire de morse. Si aujourd'hui les Inuit portent des vêtements modernes dans la vie courante, les parures traditionnelles sont toujours à l'honneur pour les fêtes.

 

Comment sont leurs maisons ?

On connaît surtout l'igloo, fabriqué de blocs de neige compacte assemblés pour former un dôme. C'est un habitat saisonnier, utilisé pendant les campagnes de chasse en hiver. Il est bien hermétique au vent et assez clair car la neige est translucide. Grâce aux petites lampes à graisse de phoque ou de baleine, on y vit à 1 ou 2° de température, alors que dehors il peut faire -50°.Mais les Inuit construisaient aussi de grandes maisons en pierre et mottes de terre, avec des poteaux et des poutres, des plate-formes pour dormir et des étagères en bois flotté. L'oumiak, barque plus grande que le kayak, peut aussi devenir un abri quand on le retourne.

 

© Catherine Reisser, Laurence Quentin (in Les terres de glace, coll. Baluchon, ed. Nathan 2005)

 

De nos jours, la plupart d'entre eux habitent des maisons modernes colorées, chauffées, avec la télé, le téléphone et internet. Mais ils aiment partir pour quelques jours en expédition de chasse et apprendre à leurs enfants à fabriquer un igloo ou un abri en pierre.

 

Quels animaux vivent autour d'eux ?

Ours blanc, glouton, lemming, morse, phoque, narval, béluga, saumon, morue, oiseaux de mer et dans certaines régions bœuf musqué et caribou: la faune sauvage du Grand Nord est riche, et constitue la nourriture traditionnelle des Inuit. Elle fournit aussi l'huile pour les lampes, des matériaux comme l'os et l'ivoire pour la fabrication d'objets, les peaux pour la confection des vêtements, des bateaux, des tambours et des habitations, les tendons pour le fil à coudre et la ficelle.

Ils élèvent des Huskies qu'ils dressent pour tirer les traineaux et qu'ils nourrissent de viande de phoque. Les chiens peuvent être attelés en éventail ou en file deux par deux. Guider un attelage suppose un long apprentissage. Chaque chien a une place et un rôle particuliers en fonction de son caractère et de sa force.

 

Que mangent-ils ?

Leur alimentation traditionnelle comporte surtout des aliments riches en protéines : de la viande crue, du muktuk ou membrane de baleine et du poisson. Pour la conservation, l'hiver la congélation est facile. En été, ils taillent des rubans de viande et des filets de poisson qu'ils font sécher au soleil. Les réserves sont ensuite cachées sous de gros cailloux pour ne pas être volées par les animaux.

Ils découpent la viande avec un couteau à lame arrondie, l'ulu, et la consomment crue. Elle est ainsi beaucoup plus riche en vitamines et bien adaptée à leur environnement où la cuisson sur un feu de bois est impossible.

L'été, ils cueillent aussi des pissenlits, des baies sauvages comme les myrtilles, et ramassent des œufs d'eider. L'hiver, ils rentrent par un trou sous la banquise pour chercher des moules pendant que la marée est basse.

La nourriture est toujours partagée entre tous les membres d'une communauté. Si le foie de l'animal revient au chasseur, ce sont les femmes qui découpent la viande avec l'ulu et la distribuent. Si les vieux n'ont plus d'assez bonnes dents pour la mâcher, les jeunes le font pour eux. S'entraider est essentiel dans la culture inuit.

Aujourd'hui, ils vont souvent au supermarché, boivent du coca-cola et utilisent des réfrigérateurs.

 

Comment chassent-ils ?

L'été, les hommes chassent depuis leur kayak en bois ou en os tendu de peau de phoque. L'hiver, ils y vont en traineau à chiens ou en motoneige. Ils se postent immobiles pendant des heures en attendant qu'un phoque montre le bout de son nez par un trou creusé dans la banquise.

Les fusils à lunette modernes permettent de viser plus sûrement, mais les chasseurs inuit préfèrent souvent utiliser les vieilles armes traditionnelles, comme le harpon et le propulseur, dans le souci de préserver la faune sauvage pour l'avenir. Ils ne chassent que ce dont ils ont besoin pour nourrir la communauté.

 

Chasse inuitChasse inuit

© Catherine Reisser, Laurence Quentin (in Les terres de glace, coll. Baluchon, ed. Nathan 2005)

 

Le chasseur a un grand respect pour l'animal abattu, et pour apaiser son esprit, il lui verse quelques gouttes d'eau ou un peu de neige dans la gueule en prononçant des paroles rituelles. Autrefois la famille était nomade et changeait régulièrement de territoire de chasse. Maintenant, on ne part que pour quelques jours pendant les vacances et les week-ends.

 

Quels sont leurs croyances et leurs rites ?

Le chamane est chargé des relations entre les hommes, les bêtes et les éléments naturels. Il soigne les malades et protège des mauvais sorts. Pour devenir chamane, il faut avoir surmonté des épreuves d'initiation très dures : jeûner plusieurs jours, vivre isolé dans un igloo pendant un mois.

"C'est dans la solitude et la souffrance que le chamane doit chercher la sagesse" dit l'un d'eux. C'est là qu'il fait connaissance avec les esprits, et ensuite les anciens chamanes enseignent au nouveau les paroles et gestes magiques et lui transmettent les secrets de la nature.

 

Comment sont leurs fêtes ?

Les fêtes du retour du printemps, et donc de la lumière, ou celles pour remercier les esprits après une bonne chasse restent l'occasion de se regrouper pour jouer, chanter et danser. Les larges tambours tendus de peaux et les voix graves des chanteurs rythment danses et compétitions sportives.

Les Inuit ont inventé le trampoline en faisant sauter les enfants sur des peaux tendues par les adultes. Les concours de grimaces, de bilboquet, d'osselets et de figures en ficelle entrecroisée avec les doigts occupent les longues soirées d'hiver.

 

Quelles œuvres d'art produisent-ils ?

Ils fabriquent des outils en ivoire de morse et en os sculptés, comme les propulseurs et les grattoirs, décorés de savants enchevêtrements d'animaux et de motifs géométriques.

Les sculptures modernes en pierre de stéatite sont de plus en plus recherchées par les étrangers et peuvent devenir une bonne source de revenus. Elles représentent souvent des animaux, mais aussi des scènes de la vie traditionnelle. Les vêtements avec boutons sculptés et broderies colorées sont aussi de véritables œuvres d'art.

 

Quels sont leurs problèmes dans le monde actuel ?

Depuis 1990, les Inuit des différents pays se sont regroupés pour former l'ICC, la Conférence Circumpolaire Inuit. Ils peuvent ainsi mieux défendre leur culture et leur environnement naturel, et se faire entendre politiquement. Au Canada, ils ont obtenu en 1999 l'autonomie de leur territoire et ont créé une nouvelle Province, le Nunavut, qui a sa capitale, Iqaluit, son premier ministre, Paul Okalik et son drapeau.

La principale menace que redoutent les Inuit, c'est la dégradation de leur environnement. Le réchauffement de la planête causé par les pays riches a des conséquences catastrophiques sur le milieu polaire. La faune est particulièrement touchée, avec l'arrivée de nouvelles espèces et la disparition d'autres.

Le sol subit des phénomènes inquiétants comme le dégel du permafrost (terre gelée en profondeur) qui libère du gaz carbonique et du méthane et qui provoque des coulées de boue. Les courants marins du sud apportent sur les côtes des déchets toxiques nuisibles aux animaux et donc aux hommes qui s'en nourrissent. Les Inuit accusent les pays riches de les empoisonner.

Les jeunes ont peu d'espoir dans l'avenir, car le chômage est important et leur désœuvrement les pousse à l'alcoolisme, à la violence et au suicide. Certains chefs de communautés s'activent pour créér des emplois, et le développement du tourisme pourrait être une des solutions.

 

 

Pour en savoir plus, lis les articles suivants : "Tournage sur la banquise", "Menaces sur nanuk" et "Plus de droits pour les Inuit".

Tu trouveras des livres sur les Inuit dans la médiathèque.

Dossier réalisé à partir de Apoutsiak de P.-E. Victor, éditions Flammarion 1948, Vivre comme les Inuits, éditions De la Martinière jeunesse 2000 et du Dictionnaire des peuples de J.-C.Tamisier, éditions Larousse 1998.